L'indifférence





Avoir vécu trop loin
Des siècles de différences
Un avenir un destin
Des mondes de souffrance

Me réveiller parfois
Me disant qui je suis
Enfreindre toute les lois
Même celles de Jésus Christ

Savoir encore gueuler
Avant que la camarde
Revienne rappeler
Le foutu camarade

Avoir bien trop subi
La mort d'indifférence
Dans un siècle meurtri
Par des gens en errance

Souffrir de ne pas être
Citoyen de la peur
Et pleurer du mal être
Qui habite mon coeur

Avoir bien trop d'espoir
De changer la planète
Quand trop souvent le noir
Est complice de la fête

Je ne suis pas des vôtres
Mais d'une autre planète
Me sens parfois l'apôtre
Et parfois la mauviette

J'ai souvent trop l'envie
De rendre le monde beau
Mais le temps est fini
Et la suite au tombeau

Et les vertes années
Nourries de mes combats
Me laissent espérer
La relève après moi